Plaisir des Dieux, selon la légende c’est le roi sacré Quetzalcoatl qui l’aurait découvert dans le jardin des fils du Soleil… Originaire d’Amérique centrale, le fruit du cacaoyer est consommé dès la préhistoire.




La culture du cacaoyer :


Il existe de nombreuses espèces de cacaoyer mais celle que l’on cultive se dénomme Théobroma cacao linnéa. Arbre de 5 à 7 mètres, d’une longévité de 25 à 30 ans, il a besoin d’humidité et d’une température moyenne de 25 degrés.

Seulement 1% de ces fleurs parviennent au stade de cabosse après une maturation de 5 à 7 mois. La cabosse pèse entre 400 à 500 grammes en moyenne et contient entre 30 et 40 fèves de 10 grammes. Les 3 variétés de l’espèce cultivée (criollo, trinitario et forastero) sont ainsi représentées sur le site en logo. (voir en haut)




La récolte :


Les cabosses sont récoltées 2 fois par an à raison de 1500 cabosses par jour et par cueilleur. L’écabossage doit intervenir dans les 4 jours : cela consiste à éclater les cabosses pour extraire les fèves.


Les étapes de la fabrication du cacao depuis la cabosse :


Le travail est long, minutieux et fastidieux. Après récolte et écabossage s’ensuivent pas moins de 8 étapes : fermentation, nettoyage, torréfaction, broyage, blutage, conchage, tempérage, moulage… Tout un art qui permet ensuite au maître chocolatier d’exaucer nos vœux et de ravir nos papilles !



La production du cacao :


La compagnie française des chocolats et des thés Pelletier & Cie est crée à Paris en 1770 : l’outil de production se mécanise peu à peu… D’une production de 115 000 tonnes à la fin du XIXième siècle, nous sommes progressivement arrivé à dépasser les 3 000 000 de tonnes : la nourriture des Dieux est devenue celle des hommes.

Les vertus du cacao : Le cacao est tonifiant, aphrodisiaque, anti-dépresseur… Certains de ses composants ont un effet euphorisant, créent un état de mieux-être et une meilleure résistance à la douleur. Il est un puissant protecteur des dommages oxydatifs (vieillissement). Il participe à l’élimination du cholestérol. Il prévient l’arthérosclérose.